Littérature et art

Cinquante poèmes, Les ailes et poèmes complets

Sang Yi, traduit par Kim Bona

Jeudi 1er mai 2003 // COLLECTION
Notre Asie prochaine

284103125X — 192 p. (24x15,5) broché — 18,00 € — Tirage 1000 — Disponible

Le poète, romancier et essayiste coréen Yi Sang, né à Séoul en 1910 et mort à Tokyo en 1937, a joué un rôle éminent dans l’ouverture de son pays à la modernité.
En rupture avec le lyrisme traditionnel, ouvert à la littérature occidentale, constamment à la recherche de voies nouvelles, il fut victime de l’incompréhension de ses premiers lecteurs. Mais ce poète maudit est, de nos jours, reconnu comme un écrivain majeur en Corée et est étudié avec passion pour pénétrer les secrets de sa pensée et de son art énigmatique.
En introduisant le « moi » dans son œuvre, Yi Sang ne heurte pas seulement de front une civilisation qui l’ignorait, mais il met tout homme devant les questions existentielles.
Comment exprimer la force de ces idées neuves ? Les poèmes de Yi Sang sont des « créations expérimentales » pour interpeller vivement le lecteur. Son écriture innovante a puisé dans la richesse de la culture à la fois scientifique, artistique et littéraire et dans l’étrangeté douloureuse de sa vie. Aussi son œuvre a-t-elle marqué un tournant, faisant de lui « le pivot de l’esthétique coréenne ».